Maman au foyer, et alors ?!

Quelques raisons pour arrêter de culpabiliser sur mon statut de maman au foyer !

Je ne me suis jamais permise de juger une maman qui travaille ! C’est la base, je ne me permettrais jamais de porter un jugement sur les envies d’une autre femme, pourquoi certaines femmes (ou hommes !) ne peuvent pas en faire autant ?!

Si le congé parental a été inventé, c’est bien que nous sommes nombreuses (et nombreux !) à souhaiter rester un moment auprès de nos enfants. C’est donc un sentiment totalement légitime et naturel !

Est-ce qu’il serait possible qu’en 2020 certaines personnes puissent comprendre que l’on peut être maman au foyer PAR CHOIX et non par dépit ?! Le problème avec le fait d’être mère au foyer c’est que nous pâtissons d’une image poussiéreuse et pleine de préjugés venant de la génération de nos grands-mères (qui n’avaient souvent pas vraiment le choix, on est d’accord).

Beaucoup de personnes pensent que certaines femmes décident d’être mère au foyer pour se tourner les pouces et que rester à la maison c’est facile ! Je leur propose de faire le test pendant un mois, et on en reparle ! Combien de personnes sont contentes d’être dimanche soir pour aller travailler lundi ? (Si mon mari me lit… !)

Non je ne serai pas « rien » quand mes enfants vont grandir ! Si être mère au foyer est un choix, c’est que ce choix me nourrit (tout comme le travail pour certaines !). Je vous rassure, mon cerveau est toujours bien branché, je lis, j’écoute des podcasts, je fais des expos, je vais au cinéma, je me creuse les méninges pour trouver des activités pour mes enfants, etc. ! Je n’ai pas l’impression d’être plus bête qu’une maman qui travaille ! Et je continuerai de faire une multitude de choses quand ils seront plus grands, ne vous inquiétez pas pour moi !

Autre point qui rejoint le précédent : mes enfants ne sont pas forcément le centre de ma vie parce que je suis maman au foyer ! Je leur donne du temps, c’est un fait, mais pas 100% de mon temps. Je gère également de nombreuse taches annexes (cuisine, rangement, etc.) et j’ai aussi mes loisirs, j’ai une vie sociale, je fais du sport, je prends du temps pour moi, j’ai mon blog, Le Divan des Parents, etc. Croyez-moi, ma vie ne tourne pas qu’autour d’eux car j’ai bien à l’esprit que la vie est une question d’équilibre !

« Tu es dépendante de ton mari ! » Là c’est pareil, j’arrête tout de suite les personnes qui me disent ça ! Tout dépend de chaque situation, mais ce n’est pas parce qu’une seule personne a une rentrée financière que l’on dépend forcément de lui (de plus, on ne connait pas la situation financière des gens, voyez-vous, je suis peut-être une riche héritière… euh non, malheureusement.). Et j’espère « dépendre de lui » avant tout parce que je l’aime, parce qu’il est le père de mes enfants, parce qu’il est essentiel à mon équilibre. Et sachez que si les choix sont assumés à deux, on ne ressent jamais la dépendance financière. De notre côté, on a l’impression d’apporter ce que l’on peut à notre famille et de faire notre maximum à notre échelle, dans nos domaines de prédilection, on appelle ça de l’entre-aide. On marche à deux, et pas chacun de son côté.

Et je vous vois venir : « Mais s’il te plante du jour au lendemain, tu vas faire comment ? « . Primo, je suis persuadée qu’il aura plus à perdre que moi (héhé !) et secondo, on repensera la situation si un jour elle est différente.  Je suis une éternelle positive, je me dis que si j’ai décidé de fonder une famille avec cet homme, c’est que j’ai confiance en notre avenir. On est jamais à l’abri d’une tuile, certes, mais on verra au moment où ça arrivera (ne lui donnons pas de mauvaises idées) ! Je suis persuadée que plus nous sommes positive, confiante et bien dans vos baskets, plus mon couple marchera (à priori !).

Je ne me ferme aucune porte. Qui sait, peut-être que demain je déciderai de retourner travailler pour plein de raisons et je le ferai avec plaisir ! Chaque situation est unique, en ce moment notre équilibre familial est comme ça, dans quelques années il sera peut-être différent, il faut ajuster ses envies en fonction de la situation présente ! Le tout est d’être épanouie dans nos choix !

Dernier point, et pas des moindres : c’est déjà tellement difficile d’être soi-même heureuse, donc faites juste ce dont vous avez envie, et non pas ce que les autres projettent sur vous ! Vivez VOS envies et VOS rêves !